Urgences : que faire en attendant le vétérinaire ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Urgences : que faire en attendant le vétérinaire ?

Message par MaLys le Dim 8 Juin - 22:59

OBSTRUCTION OESOPHAGIENNE :

Œsophage bouché par de la paille, de l'herbe, des granulés...
Symptômes :
- écoulement de salive et d'aliments par les naseaux,
- extension de l'encolure et de la tête,
- contraction spasmodique de l'encolure,
- respiration difficile, toux, ronflement,
- le cheval devient anxieux et agité.
Que faire ?
- empêcher le cheval de boire ou de manger,
- jusqu'à l'arrivée du vétérinaire, maintenir la tête du cheval aussi bas que possible, afin de favoriser l'écoulement de la salive et empêcher son passage dans les poumons,
- calmer le cheval, ne pas le déplacer,
- masser l'œsophage du poitrail vers la tête, du côté gauche de l'encolure, mais cesser immédiatement le massage s'il aggrave les spasmes, les mouvements de défense ou l'agitation du cheval.


FOURBURES :

La fourbure est une inflammation non microbienne, extrêmement douloureuse, du pododerme.
Symptômes :
- démarche raide et prudente, appui en talons avec déplacement des antérieurs vers l'avant et engagement des postérieurs sous le corps,
- ne veut pas donner un des trois autres pieds du fait de la douleur à l'appui,
- le cheval ne se déplace que très peu, ne quitte plus l'abri, voir est couché,
- pied chaud, les vaisseaux du boulet sont dilatés et le pouls y est accentué,
- sudation, tremblements et accélération du pouls,
- parfois signes de coliques dûs à la douleur.
Que faire ?
- ne pas déplacer inutilement le cheval en attendant le véto,
- si le cheval se couche, ne pas le faire se relever,
- placer le cheval sur un sol mou (sable, copeaux, grosse litière de paille)
- arroser fréquemment d'eau froide pour atténuer la douleur,
- l'idéal est de placer le cheval dans la partie molle et vaseuse de la rive d'une mare ou rivière.


COLIQUES :

On appelle coliques toutes les douleurs abdominales.
Symptômes :
- retroussement de la lèvre supérieure (flehmen),
- grattage du sol avec le sabot,
- agitations,
- le cheval se regarde le flanc,
- coups des postérieurs sur le ventre,
- ne marche plus,
- se couche précotionneusement,
- sudation,
- agitation extrême,
- coucher brutal,
- refus de se relever,
- pouls rapide (+de 60 pulsations/minutes).
Que faire ?
- toujours appeler le véto, lui indiquer la température rectale et la fréquence du pouls,
- couvrir le cheval par temps frais, la chaleur détend,
- ne pas donner à boire ou à manger,
- le faire se relever et marcher s'il suit facilement et si le pouls est inférieur à 60,
- ne pas l'empêcher de se rouler,
- masser le ventre, la base de l'oreille et les gencives.


CLOU DE RUE :

Perforation de la sole par un clou, morceau de fer, objets métalliques.
Symptômes :
- boiterie soudaine de gravité variable,
- inflammation du pied,
- chaleur du pied,
- accentuation du pouls au niveau du boulet,
- on ne voit pas forcemment le corps étranger quand on lève le pied.
Que faire ?
- ne pas extraire,
- renseigner le véto sur la direction et la profondeur de pénétration,
- couper le clou s'il dépasse beaucoup,
- n'extraire le clou qu'en cas de nécessité, en notant la direction et la profondeur,
- contrôler la vaccination anti-tétanique (rappel de moins de 2 ans).


SEIME

Fente verticale (parfois horizontale) partant du bord d'appui ou de la couronne.
Symptômes :
- fente visible,
- boiterie lorsque la seime atteint le pododerme et s'infecte.
Que faire ?
- arrêter les seimes partant du bord de l'appui avec une râpe à sabot, en creusant une rainure perpendiculaire à leurs extrémités supérieures,
- arrêter les seimes partant de la couronne avec une râpe à sabot, en creusant une rainure perpendiculaire à leurs extrémités inférieures,
- arrêter les fentes horizontales à leurs deux extrémités,
- les rainures doivent être légèrement plus profondes que la seime,
- appeler le maréchal ferrant,
- appeler le véto en cas de boiterie, de chaleur ou de douleur.
- - contrôler la vaccination anti-tétanique (rappel de moins de 2 ans).


TOUX :

Symptômes :
- le cheval tousse au repos, au travail, en mangeant, après s'être roulé,
- toux isolée ou quinteuse, de sonorité variable,
- la toux s'accompagne de fièvre, de jetage, de gonflement des ganglions lymphatiques, de troubles de l'état général et d'une diminution des performances,
- respiration accélérée, parfois dyspnée.
Que faire ?
- prendre la température,
- mesurer la fréquence respiratoire,
- rechercher d'autres symptômes,
- mettre au pré (meilleure qualité de l'air),
- ne pas faire travailler,
- isoler le cheval de l'écurie pour éviter le risque de contagion.


GOURME :

Infection bactérienne contagieuse provoquant une suppuration des ganglions de la tête (sous les maxillaires).
Symptômes :
- abattement,
- manque d'appétit,
- fièvre pouvant atteindre 40°C,
- gonflement des ganglions de la tête,
- suppuration des ganglions de la tête.
Que faire ?
- appeler le véto à la moindre suspicion en raison du risque de contagion,
- mettre le cheval au repos absolu pour éviter les complications,
- le véto ne traitera qu'en cas de troubles généraux du cheval, sinon une évolution complète de la maladie est souhaitable,
- éviter le risque de contamination en utilisant un matériel différent pour chaque cheval suspect, pour le panser, le nourrir, l'abreuver...
- se laver soigneusement les mains de façon systématique entre chaque cheval,
- changer complètement de vêtements et de chaussures à chaque écurie,
- les vans, le matériel de pansage, le licol, le filet, les animaux domestiques peuvent être porteurs de germes,
- à la phase de guérison, l'apparition soudaine d'œdèmes de la tête, du ventre, du fourreau, des membres doit faire appeler le véto.


JETAGE :

Ecoulement nasal trouble et laiteux, voir jaunâtre et mêlé de pus.
Symptômes :
- présence de sécrétions dans un ou les deux naseaux,
- elles sont transparentes, blanches, jaunes ou verdâtres,
- elles sont aqueuses, épaisses ou grumeleuses.
Que faire ?
- un jetage aqueux n'impose pas d'examens complémentaires,
- prendre la température, mesurer la fréquence respiratoire et rechercher d'autres symptômes, si le jetage est épais, laiteux ou verdâtre,
- si la température est supérieure à 38°c et la fréquence respiratoire 16 mouvements par minute, appeler immédiatement le véto.


ATTEINTES :

Blessures de la couronne ou des talons (plus fréquentes et plus profondes chez les chevaux ferrés).
Symptômes :
- les plaies, même légères, saignent fortement au début mais l'hémorragie s'arrête souvent spontanément,
- les atteintes des talons se voient sur les antérieurs, les blessures de la couronne sur la face interne des postérieurs.
Que faire ?
- malgré l'hémorragie généralement forte, prendre le temps d'apprécier l'étendue de la plaie et rechercher les souillures éventuelles,
- ne pas frotter ou toucher la plaie en cas de fortes souillures,
- irriguer abondamment la plaie avec un jet,
- sécher ensuite le pourtour de la plaie et appliquer un pansement compressif,
- mettre le cheval au repos,
- contrôler la vaccination anti-tétanique (rappel de moins de 2 ans),
- faire recoudre par le véto si la plaie est importante.


BLESSURES PAR LA SELLE :

Malgré un bon entretien du cuir, les pressions de la selle et du filet peuvent provoquer des blessures.
Symptômes :
- après le retrait de la selle, le poil mouillé par la sueur sèche plus vite sur certaines zones de peau,
- plaies,
- gonflements.
Que faire ?
- quand le gonflement domine, fixer une éponge imprégnée d'eau froide, maintenue par une sangle ou une bande élastique, de façon à exercer une pression douce mais prolongée,
- pour une blessure à vif, appliquer une pommade cicatrisante sous un pansement rembourré léger,
- ne plus seller le temps d'une complète cicatrisation.


INTOXICATIONS :

Le plus souvent, il s'agit d'intoxications végétales. Il est conseillé de vérifier l'absence de plantes toxiques dans les pré et les lieux d'attache (voir poste sur les plantes toxiques).
Symptômes :
- sudations,
- agitation,
- accélération du pouls,
- insuffisance circulatoire,
- prostration,
- diarrhée,
- dyspnée,
- excréments hémorragiques,
- saignements de nez.
Que faire ?
- aucune intervention possible, appeler le véto d'urgence,
- placer le cheval sur une litière molle,
- ne rien donner à manger, ne donner que de l'eau,
- rechercher l'origine de l'intoxication,
- protéger les autres chevaux de la source d'intoxication.


FRACTURE :

Les fractures peuvent être de gravité différentes selon leur localisation , si elles sont ouvertes ou non.
Symptômes :
- boiterie forte ou moyenne,
- suppression d'appui du membre,
- on sent un décalage sur l'os, on voit parfois les abouts sous ou à travers la peau.
Que faire ?
- appeler immédiatement le véto,
- ne pas déplacer ou transporter le cheval,
- ne pas donner d'analgésiques qui pourraient inciter le cheval à prendre appui sur son membre,
- ne pas appliquer d'attelle dans les fractures ouvertes (os visible) mais poser un pansement pour protéger la plaie des souillures,
- l'immobilité du cheval doit être la priorité absolue, ne pas faire d'attelle (mesure très délicate pour un profane).

_________________



"Il est inutile de discuter avec le cheval, comme avec la femme et le flic : ces 3 là ont toujours raison !
" Donald Newe

MaLys
Moderateur
Moderateur

Féminin
Nombre de messages : 4157
Age : 40
Localisation : Seine et Marne
Humeur : ... avant 10h nébuleuse... après 10h merveilleuse !
Date d'inscription : 07/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum