Le dressage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le dressage

Message par shetand le Mar 27 Oct - 0:50


Le
Dressage a pour but le
développement harmonieux des moyens
du cheval. Il a pour
conséquence de le rendre à la fois
calme, souple,
délié ...




et flexible
attentif
et perçant, mais aussi confiant, réalisant
ainsi une entente parfaite
avec son cavalier.







Un
peu d'histoire



L'Art du dressage n'est pas un
phénomène récent, en effet, on a retracé une certaine forme d'équitation en
carrière qui se pratiquait 1500 ans avant J.C. Dans la Grèce ancienne, on
'travaillait' les chevaux, afin de les rendre obéissants et faciles à manoeuvrer
pour déjouer l'adversaire lors de combats guerriers. Le commandant grec
Xénophon, né en 430 avant J.C., nous a laissé le premier traité d'équitation qui
est toujours d'une actualité étonnante. Ses méthodes avant-gardistes pour son
époque, incluaient une approche psychologique dont: le tact, la maîtrise de soi,
la recherche constante de la beauté et de la perfection, la décontraction du
cheval, et la légèreté. Ces principes de base furent une source d'inspiration
pour les maîtres de l'Europe de l'après-Renaissance et demeurent ceux des
cavaliers d'aujourd'hui.
C'est
seulement au XIIIème siècle à Naples que
les Italiens retrouveront leur enthousiasme pour l'équitation académique et au
XVIème siècle, lors de la Renaissance italienne que des écoles et académies
équestres verront le jour. Jusqu'au XVIIIème siècle, l'équitation de manège
connut la période la plus brillante de son existence et fut à son apogée sous
Louis XIV à la cour de Versailles. À cette même époque, l'équitation se
développa chez les Autrichiens et les Allemands, entre autre par la création de
l'École Espagnole de Vienne. Au milieu du XVIIIème siècle, deux écoles de
pensées distinguèrent l'équitation pratiquée en France et en Allemagne. Chez les
français, la légèreté et l'art les préoccupèrent davantage alors que les
prussiens privilégièrent la discipline et l'exactitude.
Bien que la plupart des grands maîtres de
l'équitation classiques proviennent majoritairement de France, d'Allemagne et
d'Italie, l'Angleterre compte toutefois un personnage important : le Duc de
Newcastle (1592-1676). Reconnu comme le plus grand maître d'équitation anglais
de tous les temps, Newcastle ne fut jamais reconnu comme tel dans son propre
pays. Obligé de s'exiler en France lors de la guerre civile qui éclata en
Angleterre, c'est la noblesse d'Europe qui profita le plus de son enseignement.
Sa méthode était basée sur la douceur et la psychologie et il admettait que le
vice était le résultat de la mauvaise éducation inculquée par l'homme.
La France, considérée comme
étant le berceau de l'équitation classique domina cette discipline pendant
plusieurs siècles. On ne peut donc parler d'équitation classique sans évoquer la
célèbre école de cavalerie française de Saumur, fondée en 1771 par le Duc de
Choiseul. Ce n'est par contre qu'en 1814, après la révolution que l'École de
Saumur, aussi désignée sous le nom du Cadre Noir, vit vraiment le jour. Un de
ses écuyers en chef les plus influents, le Comte d'Aure (1799-1863) fut reconnu
entre autre pour avoir libéré l'équitation française des restrictions de
l'étiquette de cour, mais fut également associé à des démêlés avec son rival,
François Baucher. Ce dernier, qui avait une philosophie différente et plus
conservatrice de l'équitation, démontra son art par le cirque et forma de
brillants élèves tel qu'Alexis l'Hotte. Un peu plus tard, Beudant (1863-1949) et
le général Decarpentry (1878-1956) aussi issus de Saumur, ont permis de faire
évoluer le dressage jusqu'à l'ère moderne. En 1972, l'École Nationale
d'Équitation se forme autour du Cadre Noir et depuis, des civils et militaires
privilégient l'étude et l'enseignement de l'équitation à la française.(info du site www.feracheval.com)


wikipédia:

En compétition, le dressage sert à tester la qualité de la communication entre le cheval et son cavalier.
Le couple évolue sur un terrain rectangulaire de 60 m sur 20 m et
exécute une série de figures appartenant à un programme appelé reprise. Ce programme peut être imposé ou libre avec de la musique. Le programme libre s'appelle aussi Kür ou reprise libre en musique (RLM).

Le cavalier emploie des ordres aussi discrets que possible afin de
paraître presque communiquer par télépathie avec sa monture.
Paradoxalement, aux yeux d'un public non averti, une bonne exécution
donne l'impression que la discipline est facile. Cependant, une bonne
reprise en compétition n'est que le résultat d'années de travail
intense.

Le jury, composé de deux à cinq juges, évalue l'aisance et la
fluidité dans les mouvements du couple. Chaque figure est notée de zéro
(figure non exécutée) à dix (exécution excellente). Le jury attribue
aussi des notes d'ensemble permettant de juger un certain nombre de
paramètres, dépendant du niveau technique de l'épreuve, tels que la
précision de l'exécution, la soumission du cheval, la qualité des allures, l'impulsion,
la position du cavalier, etc. Une note artistique est attribuée lors de
la reprise libre en musique ; elle tient compte en particulier de
l’harmonie de la reprise, de la chorégraphie et de la musique.

La note totale est exprimée en pourcentage. Une moyenne de 65 à 70 %
est une bonne note en compétition nationale. En international, les plus
grandes épreuves se gagnent entre 75 et 80 %, mais des cavaliers
peuvent dépasser 80 % dans certaines épreuves. Le record en reprise
libre est de 90,750 %. Il a été établi en 2009 par le Néerlandais Edward Gal avec le cheval Moorlands Totilas lors des Championnats d'Europe de Windsor[2]. Ce cavalier est le premier à avoir dépassé la barre des 90 %. Anky van Grunsven
fut la première cavalière à obtenir une note artistique supérieure à
90 %. Au cours de ces mêmes championnats d'Europe de Windsor, Edward
Gal et Moorlands Totilas ont également établi le record en Grand Prix
avec une note de 84,085 %[3],
et pour quelques minutes le record en Grand Prix Spécial avec une note
de 83,042 %. Ce dernier record n'aura cependant tenu que quelques
minutes, étant aussitôt après battu par une autre néerlandaise, Adelinde Cornelissen sur Parzival, qui obtiendra une note de 84,042 %[4].





Grand Prix
Note
Cavalier
Cheval
Date
Lieu













84,085 %Edward GalMoorlands Totilas26 août2009 Windsor
81,333 %Anky van Grunsven
2006Rotterdam
Grand Prix Spécial
Note
Cavalier
Cheval
Date
Lieu













84,042 %Adelinde CornelissenParzival27 août2009 Windsor
83,042 %Edward GalMoorlands Totilas27 août2009 Windsor
Reprise libre
Note
Cavalier
Cheval
Date
Lieu

















90,750 %Edward GalMoorlands Totilas29 août2009 Windsor
89,4 %Edward GalMoorlands Totilas2009Hickstead
87,85 %Anky van GrunsvenSalinero2006's-Hertogenbosch




anky van grunsven et salinero

aucune idée c'est qui XD

Note par moi : Habituellement, les chevaux qu'on voit le plus dans les JO sont des chevaux comme les Oldenbourg, les chevaux de selle allemands etc... Des grands monstres, quoi Souvent dans les 16-17 mains, ils ont la plus part du temps des problèmes d'articulations. Mais de plus en plus, on commence a voir des chevaux d'autre race comme des pure race espaggnole et les lusitaniens(il y a une différence entre les deux, allez voir dans le topic P.R.E. dans la catégories Race) qui sont moins énormes et qui sont, à la base, les fondateurs du dressage dans un sens!!

Perso j'aime mieux les PRE que les autres races mais ils sont quand même tous magnifiques avec leurs allures volatiles, non?




En équitation, le terme « allure » désigne chacune des différentes façons de se déplacer du cheval.
Les allures sont classées[5] en trois catégories :

  • Les allures naturelles : ce sont celles que le cheval exécute d'instinct. Le pas, le trot et le galop sont les trois allures naturelles typiques.
  • Les allures artificielles : il s'agit des allures acquises par le dressage.
  • Les allures défectueuses : ces allures résultent d'une douleur ou d'une mauvaise utilisation du cheval et sont éliminatoires en compétition.

En dressage, toutes les variations dans une même allure sont exploitables. Les transitions dans l'allure
sont des mouvements qui exigent dans cette discipline une rigueur sans
faille. Ces transitions consistent à changer le mouvement dans une même
allure. Ainsi, le classique allongement du trot entre dans la catégorie
des « transitions montantes dans l'allure » du trot.
Article détaillé : Allure (équitation).

.
Les airs [modifier]



Épaule en dedans






Un air est une figure de dressage.

  • Épaule en dedans : exercice de deux pistes dans lequel le
    cheval se déplace latéralement, infléchi de la nuque à la queue. Le
    cheval se déplace vers le coté extérieur du pli, regard porté vers
    l'intérieur du pli. Elle s'exécute aux trois allures. L'épaule en
    dedans représente un exercice d'assouplissement et vise à augmenter
    l'engagement des postérieurs, faire baisser les hanches et élever
    l'avant-main. C'est « l'aspirine et la pierre de touche de
    l'équitation » (Nuno Oliveira).

  • Croupe en dedans ou tête au mur : cet air est
    l'inverse de l'épaule en dedans. L'épaule en dedans et la croupe en
    dedans (appelé aussi « hanche en dedans ») lorsqu'ils sont réalisés en
    alternance par inversion du mouvement, constituent un exercice
    favorisant l'augmentation de l'amplitude des foulées du cheval et sa
    dextérité.

  • Appuyer : exercice de deux pistes dans lequel le cheval se
    déplace latéralement et croise ses membres. L'avant-main précède
    légèrement l'arrière-main, l'encolure et la tête sont infléchies dans
    la direction du mouvement. L'appuyer est pratiqué notamment pour
    renforcer la musculature, assouplir latéralement le cheval, en
    augmenter sa mobilité et sa disponibilité et mobiliser les postérieurs.

  • Passage : trot majestueux d'une grande lenteur, fortement
    diagonalisé et relevé, au temps de suspension très soutenu, dans lequel
    le cheval se projette avec force, souplesse et grâce d'un diagonal sur
    l'autre tant vers le haut que vers l'avant.

  • Piaffer : passage sur place.
  • Pirouette : l’avant-main du cheval décrit un cercle les
    hanches en dedans autour de l’arrière-main. Le postérieur externe
    tourne autour du postérieur interne qui continue à se lever et à se
    poser sur place, maintenant le mécanisme de l'allure du galop durant
    toute la durée du mouvement. La pirouette peut s'exécuter au pas, au
    piaffer, ou au galop[6].

  • Pas espagnol : pas cadencé, majestueux et spectaculaire dans
    lequel le cheval élève et étend vers le haut et l'avant successivement
    chaque antérieur, tout en avançant franchement et en conservant son
    rassembler.

  • Croupade : fait référence à deux airs différents selon que l'on se réfère à la dénomination du Cadre Noir de Saumur
    où le cheval s'arc-boute sur ses antérieurs, élève la croupe et détache
    une ruade énergique en étendant complètement les membres postérieurs et
    en conservant sa mise en main ou à la dénomination introduite par La Guérinière
    et telle qu'elle est pratiquée par l'École Espagnole de Vienne où le
    cheval bondit en l'air et lorsqu'il est à l'horizontale, regroupe ses
    postérieurs sous sa masse en les mettant à la même hauteur que les
    antérieurs. La croupade est considérée par beaucoup comme étant un air
    d'une grande beauté.

  • Levade : symbolise le rassembler poussé à son maximum. Le
    corps du cheval forme un angle de quarante-cinq degrés avec le sol.
    L’élévation de l’avant-main du cheval au-dessus de quarante-cinq degrés
    est appelée un cabrer. Le cheval se met tout simplement debout, avec
    une flexion moindre de l’arrière-main et perd alors son rassembler. Le
    cabrer n’est pas l’aboutissement d’un long travail rassemblé mais un
    simple geste appris au cheval.


À noter que le pas espagnol, la croupade et la levade ne sont pas admis en compétition.

voili voulou peut être que je vais en rajouter plus tard ^^


en bas: Oleaje, au olympiques je crois et en haut evento, aux JO
les deux papas de nos poulains

bonne chance a ceux qui vont lire tout!!!!







shetand
Aspirant
Aspirant

Féminin
Nombre de messages : 62
Age : 20
Localisation : Québec, Canada
Emploi/loisirs : Équitation
Humeur : crevée....
Date d'inscription : 16/08/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://www.freewebs.com/ecuriesfandango

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le dressage

Message par nadindio le Mar 27 Oct - 23:23

tu as bien raison, vive les petits gris !!!! et leurs allures '' volatiles '' comme tu dis !

nadindio
Expert
Expert

Féminin
Nombre de messages : 2840
Age : 62
Localisation : espagne - murcia
Emploi/loisirs : cheval loisir - promenade - photos- céramique
Humeur : couci-couça
Date d'inscription : 09/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://www.chevalblog.com/nadindioacheval

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le dressage

Message par shetand le Jeu 29 Oct - 1:18

tous pour les ptits gris!!!!!!! lol(j'ai mis cette émoticone seulement car il est gris XD)

shetand
Aspirant
Aspirant

Féminin
Nombre de messages : 62
Age : 20
Localisation : Québec, Canada
Emploi/loisirs : Équitation
Humeur : crevée....
Date d'inscription : 16/08/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://www.freewebs.com/ecuriesfandango

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le dressage

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum